Service Presse

 

" Dernières nouvelles "

 

Je désire recevoir les news

Guide des Pubs Polaires

 

   

Merci de suivre : www.lesnavigationsdelucos.com

J'ACHETE
" Le passager du nord-ouest "

" Voyage au Spitsberg "
" Sur la route des clippers "

 

LA BOUTIQUE de LUCOS

 

 

  

 

 

 

Page d'accueil

" Le Furieux "
Mon tour du monde

" Roxane "
Le journal de bord

Le skipper
Skiez 3 Vallées

Embarquez à bord
Me contacter

Mappemonde
 

 

 

 

Me contacter S'inscrire Se déinscrire Cartes Postales Archive photos page d'accueil Plan du site A propos de ce site

 

   

 

 

La Trinité sur mer : 16/06/08   -  Les Scilly : 22/06/08   -  Dublin : 30/06/08   -  Glasgow : 09/07/07    -  Crobhhaven : 24/07/07   -  Les Hébrides : 01/08/08   -  John Ridway Loch : 04/08/08   -  Iles Faeroe : 10/08/08  -  Nordfjord : 29/08/08  -  Storfjorden : 12/09/08  - Geiranger : 07/10/08 - Alesund : 05/11/08

 

 

Le premier envol du piou piou qui est né dans le pied de mât. C'était  le premier matin, je l'ai vu faire son vol d'essai depuis le pont, heureusement il n'y avait pas d'eau. Bonne chance mon gars...

580 mètres de cordage : drisses, écoutes, bosses, retenues, amarres, garcettes, bouts, mouillages, palans, barbers, lignes... (Il n'y a pas de ficelle sur un bateau).   580 mètres de tout ça tout neuf !

Merci Cousin Trestec 

 

 

Et aussi des voiles neuves. Après mon retour d'Irlande avec la GV explosée, il n'y avait pas d'autres solutions que de passer un deal avec All Purpose. Une GV et un génois neuf ! Sur mesure et cousu main par Brice à la Trinité sur mer. Tant que j'y étais j'ai changé l'enrouleur de génois et l'étai. Pour la première fois depuis longtemps je pars avec un bateau fini ! J'aimerais bien naviguer sans avoir à ouvrir la caisse à outils toutes les 5 minutes !

4 mois de bouffe : riz, pâtes, farine, huile, café, vin, pq, gaz, chocolat... et d'une manière générale tout ce qui est nécessaire pour que le moral reste au beau fixe.

Mise à l'eau et départ dans la foulée :

lundi 16 juin 16.00 H.           Cale de mise à l'eau de Multipole 

 

 

 

Un dernier coup de peinture, le plein d'eau...

Que serait le terre-plein de Multipole sans François ? Merci à toute l'équipe,
" Roxane " a passé un bon hiver, mais content de remettre la quille dans l'eau salée !

Une dernière photo de famille avec Damien, Jean, François, Monique et Gérard...

Et à peine 5 minutes après la mise à l'eau le spi est gonflé, il faut attaquer fort d'entrée... Je suis resté trop longtemps à terre et le spi me démange.

 

Salut à tous, merci et bon vent Lucos. Ce soir je mouille l'ancre à Quiberon après avoir tiré quelques bords pour vérifier les réglages, les voiles et les cordages.

C'est partit pour l'Ecosse, le loch Ness et son monstre... 

Après deux nuits à Quiberon en attendant le vent favorable, je tire un bord direct vers les Glénan. Encore deux nuits ici et au petit matin, accompagné par les dauphins j'envoie le spi jusqu'à l'île de Sein, demain la météo est bonne pour traverser la manche.

 
 

Une bonne météo en Bretagne : crachin, bruine, averse, grain, visibilité réduite mais vent favorable, c'est à dire portant.

Pas de bonne navigation sans spi. Aujourd'hui le bord va durer plus de 12 heures. Entre les grains, sous le crachin et la bruine, avec de temps en temps quelques éclaircies.

 

Et pour mettre un peu de piment, le rail d'Ouessant à traverser. Ce qui reste LE problème du solitaire. Traverser la manche ne permet pas de s'endormir ne serait ce que 5 minutes ! Et des cargos en manche, il y en a de partout, dans tous les sens, plus les flottilles de pêche, qui eux font une route absolument imprévisible, comme les poissons qu'ils pêchent.

Question : qu'est ce que cela représente ?

A : une guirlande de Noël

B : l'entrée du bouge de  l'Ile de Sein

C : un cargo qui te fonce droit dessus

réponse : C, et tu as 5 minutes pour virer de bord et t'échapper vite, vite, très vite ! 

 

24 heures non stop jusqu'aux îles Scilly. De toute façon, une fois que tu est partis, tu est obligé d'aller jusqu'au bout. En mer il n'y a pas d'aire de repos sur le bord de la route.

Dans la nuit les grains se succèdent, jusqu'à 30 nœuds, navigation musclée et instable mais toujours sur le même bord. Au maximum 2 ris dans la GV et 2 dans le génois.

Dimanche 22 juin 09.00 H

"Roxane" mouille aux Scilly. Pas de problème particuliers et je n'ai pas besoin d'ouvrir la caisse à outils ! Je vais me coucher direct.

 

Je passe quelques jours en changeant de mouillage régulièrement à cause du vent instable et aussi pour me reposer de la traversée. 4 jours paisibles et au lever du jour avec un bon vent du sud j'envois en direction de Dublin.

 

Dans les grains à 30/35 nœuds la mer se forme avec une grosse houle croisée, de bonnes déferlantes qui permettent de longs surfs à donf, cela m'a rappelé de bons souvenirs !

J'ai longé la côte est de l'Irlande pour pouvoir m'arrêter une nuit sur deux afin de prendre un peu de repos, le bateau à l'ancre. Et me voilà dans la baie de Dublin.

 

C'est un grand port industriel et je n'y ai fait qu'un aller retour après avoir longé pendant des miles des quais à cargos et autres gros bateaux de commerces.

Retour au mouillage en face de Dunlaoghaire. Quelques jours de mauvais temps et vents contraires me confinent à l'intérieur. Je me repose... une bonne journée chez "fout rien" !

 

Le cap Baily, sortie nord de la baie de Dublin, dernière nuit, demain le vent repasse au sud, prochaine escale Glasgow, Ecosse.

Pour les grandes étapes je pars au lever du jour afin de profiter au maximum de la journée puis j'enchaîne sur une nuit complète ou je m'arrête au mouillage si la côte est à portée. Cela dépend aussi des conditions météo.

Atterrissage en Ecosse. Je viens de passer 17 heures sous spi dans des conditions estivales. Pour une fois tout bien : le vent, les vagues, le soleil, pas trop de cargos. Ce soir je serais à Troon, prés de Glasgow.

 

Ann et Andrew, des amis écossais viennent me chercher pour 2 jours de visite dans l'intérieur du pays. Cela me fais du bien de marcher un peu, depuis le départ je n'ai pas beaucoup débarqué.

 

Les Hunter's habitent une maison typique de Glasgow, début du XXème. Avec eux j'ai le plaisir de découvrir le Loch Lamon qui amène au début des High Land qui commencent quelques dizaines de kms au nord de Glasgow. A voir la couleur très verte des forêts et des prairies je comprends que la douche écossaise est beaucoup moins une légende que le monstre du Loch Ness ! Les pubs eux sont bien réels. Deux jours magnifiques. Merci Ann, Andrew et John.

Je reprends la mer en direction de l'Ile d'Arran et je reste au mouillage quelques jours en attendant des vents favorables. Sur les photos il y a souvent du soleil mais c'est parce que mon appareil n'est pas étanche !

 

Bloqué encore à Carkey bay, 4 nœuds de courant de face et des pointes de vent à 40. Mais pour qui a les moyens d'attendre, après le mauvais temps arrive toujours le soleil et un vent plus favorable.

Je lève l'ancre de bonne heure avec la ferme intention de continuer dans le nord mais le vent est très faible et le courant après avoir passé le cap dépasse les 6 nœuds et je vais me retrouver dans le nord de l'Irlande sans rien maîtriser du tout, à la merci des éléments, sans rien pouvoir faire, mais sans mettre en route le moteur.

Finalement, à force de patience je gagne dans le nord et entre dans le Sound of Jura, sorte de grand golfe, large de quelques kms et plein de petites calanques pour s'abriter de tous les vents, peu de voiliers, pas de vague : un lac. Par contre beaucoup de courant, jusqu'à 8,5 nœuds ! Faut exploiter au mieux. Au milieu, un caillou isolé et les phoques qui me regardent passer.

 

Dés que le vent tombe ou le courant devient contraire je m'arrête pour la nuit. Une petite ballade à terre dans la lande...Ici tout porte le nom de Loch : golfes petits et grands, calanques, criques, eau douce ou de mer. Et pas de houle de côté pour t'empêcher de poser le verre de rouge sur la table au mouillage : un lac.

La pose de cette nuit s'appelle le Loch Na Cille. Depuis quelques jours j'ai vraiment l'impression d'être en Ecosse. Ballade dans le no man's land, ici tu ne vois jamais personne.

Craobh Haven : premier commerce à 35 km! Il ne faudrait pas avoir une rage de dent ou une urgence quelconque. Je fais le plein d'eau et je repars demain, direction les Hébrides un peu plus au nord.

24 Juillet 2008     23.00 H

 

 

Le temps est magnifique, peu de vent, que des petites brises qui me permettent de petites navigations pépères, les vacances !

Le cap Rhum ! cela ne s'invente pas. La "croisière s'amuse" continue au grès des vents sans savoir où elle va atterrir ce soir. Les conditions ne peuvent pas être meilleures. J'ai pris la décision de ne pas traverser le Caledonian Canal : trop d'écluses à gérer en solo et trop de moteur.

 

 

Pour la nuit se sera l'île Canna. Parfait, pas de houle, pas de vent et un paysage magnifique. Je serai obligé d'en sortir à 3 heures du matin à cause du vent qui rentre du large assez fort et un méchant clapot.

Quelques jours plus tard, sur ma route en direction des Hébribes se trouvent les îles Schiant  avec un petit passage entre les deux, juste avant, une petite baie entre les deux rochers où je projetais de faire escale si les conditions étaient favorables.

J'ai aperçu de loin l'aileron et je m'en suis approché tout doucement, on s'est tourné autour lentement, je n'en menais pas large, on s'observe, au début je ne réalisais pas la taille. Enorme ! Quand il a longé le bateau, à un mètre, il avait la même taille que mon petit canot: 10 mètres. Un corps d'environ 3 mètres de diamètre et une gueule...il aurait pu avaler le tableau arrière d'un coup ! Après 3 tours, a jouer à se frôler, un plus petit requin à débarqué et je suis partis doucement sans faire de remous. C'était sûrement son petit et je me suis dit qu'il valait mieux arrêter de jouer. Je n'ai pas fait escale ici ! En fait un requin Pèlerin, complètement inoffensif.

Le Loch Mharabhig pour cette nuit et la prochaine. Une passe d'entrée de 60 mètres de large et à l'intérieur un lac et plein de criques partout. Certainement un des plus beau mouillages que j'ai eu l'occasion de visiter.

 
 

L'occasion aussi de faire quelques bonnes ballades dans la lande. De grosses collines arrondies, , vallonnées, désertes, 200 mètres de dénivelé . Pas une personne sur des hectares, la lande à perte de vue. Par contre des centaines de moutons. Le mouton c'est bien pour entretenir la campagne, pas une ronce, l'herbe tondue nickel, très agréable pour marcher, on se croirait sur un green, très classe.

 

Stornoway, Hébrides. Port principal de commerce et marchand pour toutes les îles. Port de pêche également et petit village.

Les phoques sont présents partout, même dans le port.

 

Ce weekend end Loïc, Jacques et Philippe sont venus me rejoindre en avion de tourisme : le cessna 180 de Loïc, depuis Quiberon. Une bonne soirée à tester les différents purs malts écossais et une journée sous la pluie. Cela me change un peu de ma solitude, merci d'avoir fait le voyage.

Dimanche matin le coucou de mes amis décolle entre deux grains et "Roxane" repart en direction de l'Ecosse: Hardmore Loch, magnifique ! A l'abri de toutes les tempêtes possibles.

 

  John Ridway habite ici depuis plus de 40 ans. Toute la colline lui appartient. Il a retapé les maisons et mis en valeur ce loch, il n'y a pas de route, accès par bateau uniquement. John a participé à la toute première course autour du monde en solitaire, sans escale, sans assistance par les 3 caps : le Golden Globe, en 1968. Il était l'un des 9 participants dont Robin Knots Johnston et Bernard Moitessier. Son bateau, English Rose est le voilier blanc que l'on voit au mouillage. Toute une légende de la navigation au large en solitaire...  

En 1966, John a traversé l'atlantique à la rame de Cap Code (USA) à l'Irlande en 83 jours, avec son pote Chay Blyth. Un doris portugais construit pour la pêche à la morue sur les bancs de Terre Neuve, pont ouvert, pas de cabine, tout à la force des poignets ! Christine et John m'invitent pour le repas ce soir. Je les remercie pour cette merveilleuse soirée et tout ce qu'ils m'ont apporté.

 

L'impression d'être sur un lac de montagne. Loin de tout. Le premier supermarché est à 150 kms! 6 nuits au mouillage et pas un bateau de passage.

 

 

 
         
       
         
         
       
 

2007        2008 2ème partie