Service Presse

 

" Dernières nouvelles "

 

Je désire recevoir les news

Guide des Pubs Polaires

 

   

Merci de suivre : www.lesnavigationsdelucos.com

J'ACHETE
" Le passager du nord-ouest "

" Voyage au Spitsberg "
" Sur la route des clippers "

 

LA BOUTIQUE de LUCOS

 

 

  

 

 

 

Page d'accueil

" Le Furieux "
Mon tour du monde

" Roxane "
Le journal de bord

Le skipper
Skiez 3 Vallées

Embarquez à bord
Me contacter

Mappemonde
 

 

 

 

Me contacter S'inscrire Se déinscrire Cartes Postales Archive photos page d'accueil Plan du site A propos de ce site

 

   

 

  Mardi 1 août  
 

Je quitte un pays fascinant, énigmatique. Les gens sont gentils, accueillants. Madagascar est un des pays les pauvres du monde mais je n'ai pas vu de mendiant dans les rues et les enfants ont tous l'air heureux de leur sort. Je saute l'étape de Mahajanga pour ne pas rester sur une mauvaise impression.
Le port a la réputation d'être violent.

OK, cap sur l'Afrique du Sud.
2000 km et j'ai pas le cul sorti des ronces. Trop en avance sur la saison, vents et courants pas forcement de mon côté.

 

Généralement les requins ne sont pas très joueurs mais celui là m'a suivi pendant un bon moment. Sur la photo de gauche vous pouvez voir son poisson pilote.

 

Les 5 premiers jours sont plutôt mou, je n'avance pas vite. Puis le vent rentre mais il tourne progressivement au sud : de face. Je navigue 2 jours au près sur la route. Mais le lundi soir la puissance monte d'un cran et en début de nuit je obligé de me mettre à la cape en attendant que le coup de vent diminue. Le lendemain dans la matinée je renvoie n peu de voile et pendant 7 jours j'avance au près dans un vent assez fort. Le courant contraire augmente et devient fort. Je n'avance pas vite. Pendant 3 jours je fais presque du sur place.

     
  Dimanche 13 août  
 

Je me suis rapproché de la côte et je suis rentré dans le contre courant mais le vent devient mou. Puis le courant de face me reprend pendant 40 heures et toujours du vent de face. C'est long !

Finalement je franchi le cap Correntes et je peux rentrer vers la terre afin de reprendre le contre courant.
Le mardi 15 en fin de nuit le rentre du bon côté et le courant aussi. 24 heures à donf, top.

Et puis je reprends du vent contraire avec une houle de face croisée avec un courant dans l'autre sens, très désagréable ! Je tourne au moteur pour arriver demain matin car dans la nuit une grosse cartouche déboule et les ennuis mécaniques commencent. Le gasoil de Mada n'est propre et tous les filtres se bouchent. A 4 reprises le moteur s'arrête et je dois démonter et nettoyer tous les filtres et tuyaux de gasoil puis réamorcer la pompe à injection. Une heure de boulot à chaque fois avec le bateau qui roule dans tous les sens.
Le bonheur !

 

 
  Mercredi 16 août  

Ouf!
Après 16 jours de vents et courants contraires je rentre dans Richard's Bay, Afrique du Sud. Le canal du Mozambique est derrière moi et j'en suis bien content.

 

Techniquement le port est très bien : pas de retour de houle, bien abrité du vent, eau, électricité, un bon restaurant et un pub. Et c'est tout : pas de supermarché, pas de gasoil, pas de commerces. La ville est à environ 10 km et les bus sont compliqués.

Un matin, je pars en ville...

Au marché, je me fais agresser parce que je prends des photos. Quand je demande un renseignement les gens me répondent qu'ils ne savent pas. Au supermarché, la caissière renverse mon panier parce que j'ai oublié de peser les citrons et en sortant, je me fais agresser par un gars à qui je refuse de donner de l'argent. Je prends le bus et je rentre à la maison.
Bienvenue en Afrique du Sud !

 

Une équipe de singes grimpe régulièrement sur les bateaux jusqu'au sommet du mât. C'est à peu près la seule chose intéressante autour du port.

 
  2 septembre  
 

Si je suis encore là, c'est à cause du mauvais temps qui traîne dans le secteur.
Depuis 17 jours le temps est pourri.
Aujourd'hui, enfin une bonne fenêtre, je trace sur Durban, 20 heures de route.

En attendant, je traine au Pub, que des jeunes et jolies filles...

  4 septembre  
 

Après une journée complète de tamponnage de papiers administratifs, il faut refaire toutes les démarches pour quitter le port et tout recommencer demain à Durban, je trace, la météo est bonne, le vent un peu fort, mais j'ai envie de quitter Richards Bay où il n'y a rien à faire.

  5 septembre    
 

 
 

Après une bonne nuit de baston et une bonne moyenne, j'arrive à Durban : le front de mer, que des immeubles énormes...

 
 

 

11.00 heure du matin, je rentre dans le port immense de Durban.
J'accoste au Yacht Club et, à la différence de Richards Bay, je suis bien accueilli et les formalités sont rapidement expédiées.

Je suis fatigué de la nuit et je vais me coucher.

Durban Point Yacht Club

 

Le Royal Natal Yacht Club me nomme membre d'honneur lors d'une réception sur
" Le Pont Supérieur " du Club : Je suis le premier
" Voilier international " de la saison à faire escale à Durban. Le Pont Supérieur se situe au 2ème étage, le bar ouvre pour les grandes occasions, short et T-shirt interdits (j'avais été prévenu auparavant, ouf !) Graham, le Commodore, m'offre le magnifique livre, édité à l'occasion des 150 ans du club.
Merci à tous pour votre accueil.

 

Durban est une grande ville, de grands immeubles, des grandes avenues, beaucoup de voitures, des gens qui courent de partout et toujours ce sentiment d'insécurité.

 

 

J'ai fais la connaissance de Lorents, un jeune danois embauché au club comme moniteur de voile. Hier soir vers minuit, il sort d'un pub, un mec lui met un gros coup de poing sous le menton et lui pique son i phone. Il riposte, lui explose le nez mais le mec s'enfuit. Plus tard il retourne à sa voiture et là, le gardien lui propose d'acheter un i phone. C'était le sien ! Il explose le gardien, récupère son téléphone et va à l'hôpital se faire recoudre le menton. Et t'as pas appelé la police ? Non ! En Afrique du Sud, tu te démerde tout seul !
Welcome in South Africa.

 
       
  Vendredi 15 septembre 01.00 h    
  Enfin une bonne fenêtre météo, je largue les amarres en pleine nuit et je trace dans le sud.

A suivre...

   
       
       
       

 

 

 

 

2017 12ème partie     2017 14ème partie