Service Presse

 

" Dernières nouvelles "

 

Je désire recevoir les news

Guide des Pubs Polaires

 

   

Merci de suivre : www.lesnavigationsdelucos.com

J'ACHETE
" Le passager du nord-ouest "

" Voyage au Spitsberg "
" Sur la route des clippers "
" Les mers du Sud "

 

LA BOUTIQUE de LUCOS

 

 

  

 

 

 

Page d'accueil

" Le Furieux "
Mon tour du monde

" Roxane "
Le journal de bord

Le skipper
Skiez 3 Vallées

Embarquez à bord
Me contacter

Mappemonde
 

 

 

 

Me contacter S'inscrire Se déinscrire Cartes Postales Archive photos page d'accueil Plan du site A propos de ce site

 

   

 

 

 
  Lundi 23 juillet 17.00 H  
 

Après 7 semaines d'escale je reprends la mer direction Walvis Bay. Depuis plus de 3 semaines l'anticyclone de St Hélène était stabilisé très nord de façon inhabituelle engendrant des vents contraires. Aujourd'hui la situation est redevenue normale et l'alizé a repris sa place. A peine sorti de la baie le vent rentre et gonfle les voiles : tout va bien. A la tombée de la nuit un épais brouillard bien humide me tombe dessus, c'est un phénomène normal dans la région : 180 jours par an à Walvis Bay. Je réfléchis quelques temps mais je me vois mal à naviguer 2 jours dans cette mélasse ! D'autant que, renseignements pris pendant mon escale, ce spot n'offre rien d'extraordinaire. Virage à 90° sur ma gauche et je trace direct sur St Hélène : 2500 km.
Dés le lever du jour, le brouillard a disparut, le soleil se lève, grand bleu et bon vent, top ! Et tempi pour Wlavis Bay.

 

 

Les statistiques de vent annoncent 100 % de vent de Sud à Est en cette saison : doit au but, à donf ! Dans moins de 12 jours je bois l'apéro avec Napoléon. Les 5 premiers jours je tiens la moyenne, bon vent belle mer et puis plus rien. Le vent tombe complètement, 1, 2, 3, 4, 5 et même 6 jours. De temps en temps une petite brise et puis plus rien. De nombreux grains amènent du vent d'Ouest très instable : la moyenne est lamentable ! Cela prend 6 jours pour je ce que j'aurais dû faire en seulement 2.  Je tourne en rond.

 
  Lundi 6 Août    
 

Les affaires reprennent, le vent rentre, d'abord tranquille puis rapidement l'alizé souffle plein pot : 15/25 nœuds, 30/35 sous les grains. La route s'allonge, droit sur St Hélène.

 
  Mercredi 8 Août 04.30 H    
  Je dormais bien, le bateau glissait bien, dans 2 jours je bois l'apéro avec mon pote Napo.  

Un grand bling et le mât se met à bouger dans tous les sens. Je saute sur le pont et remarque de suite le hauban et le galhauban bâbord complètement détendu : la cadène est décollée du pont et ne tient plus que par un boulon, l'autre a cassé net. Dans moins de 5 minutes l'autre boulon va casser aussi et le mât va tomber. Je sorts la drisse carbone, celle qui m'a déjà sauvé la mise et que je garde à portée de main en permanence. Je fais à l'arrache un nœud de cabestan au bas des haubans, je passe la drisse à l'intérieur du roller du génois et retour sur le winch : je blinde.
Ça tient, ça tient surtout du miracle !

 

Je passe le restant de la nuit à fiabiliser le bricolage, toujours avec le Vectran de chez Cousin-Trestec qui m'a déjà sauvé la mise. Le mât tient la verticale grâce à quelques millimètres de cordages fixés sur le rail de génois qui n'est pas conçu pour ça : je n'ai pas d'autres solutions. Je vais finir l'étape par 30 heures de moteur à faible vitesse en évitant au maximum le roulis et les secousses ce qui n'est pas évident avec cette houle de 3/4 mètres croisée.

 
  Vendredi 9 Août 09.30 H  

 

En fin de nuit je tourne le cap Nord-est de l'île. Les grains se sont succédés toute la nuit, la houle croisée n'est pas très agréable mais le mât tient toujours debout. De nombreux corps morts sont prévus pour les bateaux visiteurs et un service navette descend les marins sur appel V.H.F. Je passe la journée, comme d'habitude, pour résoudre les formalités administratives et fiabiliser le haubanage en attendant de trouver une solution pour réparer la cadène.
Le mouillage roule terriblement, de violentes rafales descendent des montagnes qui ont l'air d'être perpétuellement dans les nuages, apportant de fréquentes ondées.

 
     
     
 

1502 - De retour des Indes, le portugais Joao da Nova reconnait l'île, débarque mais passe sous silence sa découverte.
1588 - Thomas Cavendish, un explorateur anglais, débarque à son tour.
1659 - La Compagnie Anglaise des Indes annexe l'île et entreprend la construction du Château et la fortification de la ville.
1673 - Les Hollandais prennent le contrôle de l'île qui est rapidement repris par les Anglais.
1700 - 700 personnes vivent à Jamestown : militaires, fermiers, esclaves.
1869 - L'ouverture du canal de Suez marque le désintéressement et le déclin de l'île.
2018 - 5500 personnes vivent sur l'île principalement du tourisme et de la pêche.
 

 

L'île a une place stratégique importante car elle se situe sur la route des Indes. Le débarquement n'est pas toujours facile. De nombreuses batailles ont eu lieu pour sa propriété. Les Anglais en ont fait une véritable forteresse : remparts, portes blindés, murs d'enceintes et nombreux canons. Le seul endroit propice au débarquement est la vallée, très encaissée, où la ville a été implantée.

 

Le canon était le principal moyen de défense.

La porte d'entrée du château du gouverneur.

Il subsiste un nombre impressionnant de bouche à feu.

 
 

 
 

St Hélène est une île volcanique très haute, plusieurs sommets passent les 700 mètres d'altitude, le Mont Actaeon culmine à 820 m. Il est pratiquement impossible de débarquer tellement le rivage est abrupte. De nombreux forts ont été construits sur les hauteurs afin de surveiller les envahisseurs. Sur cette photo ont voit nettement le mur d'enceinte du fort Ladder Hill à 200 mètres au dessus du niveau de la mer. Il servait de casernement pour les troupes qui défendaient Jamestown en contre bas.

 

  La porte d'entrée du fort avec à droite les écuries.

 

Le poste de garde à l'entrée de fort Ladder Hill.

Vue imprenable sur l'horizon, l'ennemi ne pouvait passer inaperçu.

 

 

Pour ravitailler le fort, la première solution a été une échelle de corde : trace directe dans la falaise. La construction de l'escalier date de 1829 :
699 marches, 180 mètres de dénivelé, pente à 40% de moyenne. J'ai fais le voyage aller et retour et j'ai eu des courbatures dans les mollets pendant une semaine !

 
 

Un grand nombre d'explorateurs sont passés par St Hélène au cours des siècles : Captain Bligh, Charles Darwin, James Cook, Joshua Slocum... et même Napoléon ! (et moi aussi.)

Le premier marché a été construit en 1678 pur ravitailler les navires en route ou de retour des Indes.

Le jardin du Château est magnifique. On peut y voir une plaque commémorative du passage de Joshua Slocum, de 1898, premier navigateur solitaire des temps modernes.

Jamestown est construite au fond de la vallée. Les routes qui desservent l'île sont raides, sinueuses et étroites : pas facile de se croiser. En février 1873 une inondation ravagea une partie de la ville.

 

La première église a été construite en 1774, la prison peu après. L'histoire ne dit rien sur le premier bistrot ! L'île est restée longtemps principalement une place militaire.

 

A 500 mètres d'altitude sur Knoll Hill ce fort a été un des premiers construit. Mais les canons n'étaient pas assez puissants et l'ennemi pouvait débarquer sans trop de crainte. Il a rapidement été abandonné au profit de Ladder Hill Fort, plus proche de la mer et donc plus efficace.

Au début du XXème siècle il a servi de prison pour les prisonniers déportés de la guerre des Boers : Angleterre contre Afrique du Sud. Jusqu'à 5000 captifs sud-africains se sont entassés ici dans des conditions de détentions très difficiles.

L'île, d'origine volcanique, est sortie de l'océan il y a environ 12 millions d'années. Jusqu'à l'arrivée des premiers explorateurs elle n'avait pas été habitée par l'homme. Il faut dire que l'île est vraiment perdue au milieu de l'Atlantique Sud !
 

  The Barn, extrémité Nord-est, culmine à 616 mètres.

 

 

Sandy Beach, sur la côte Nord.

 
 

Sa côte Sud, perpétuellement balayée par l'alizé est aride. A part quelques cactus, pas grand chose ne pousse.

 

On passe rapidement d'une ambiance mexicaine                   au                         pâturage dans la Chartreuse

 

 

A l'intérieur de l'île le relief est très tourmenté, de nombreuses vallées, aux flancs abruptes, sont difficiles d'accès. Les routes sont étroites, sinueuses, vertigineuses. Le climat est totalement différent, en hiver il pleut tous les jours, les sommets sont sous les nuages en permanence. Les locaux disent : la saison de la bouillasse.

 

  St Matthew's Church se trouve très près de Longwood.

 

Batist Chrch se situe sur la route de Sandy Bay.

La cathédrale St Paul.

 
 

Comme dans beaucoup de lieux, je remarque que les édifices religieux sont plus nombreux, bien mieux construits et mieux entretenus que les écoles, hôpitaux et autres bâtiments sociaux...
Question d'intérêt, de politique, de manipulation ?

 

8 juillet 1815 - Les Anglais capturent Napoléon alors en fuite.
7 août 1815 - Il quitte Plymouth pour St Hélène.
17 octobre 1815 - Il débarque sur l'île.
10 décembre 1815 - Napoléon prend ses quartiers à Longwood.
Novembre 1820 - Napoléon tombe sérieusement malade.
5 mai 1820 - Mort de Napoléon.
9 mai 1820 - Napoléon est enterré à Sane Valley.
15 octobre 1840 - Une mission française exhume ses restes et les transfert à Paris.
15 décembre 1840 - Plus d'un million de personnes accompagnent sa dépouille aux Invalides.
 

   

Napoléon a ruiné la France sur la fin de sa carrière, il fait maintenant la fortune de l'île qui est mondialement connue comme sa dernière résidence.
Napoléon n'aimait pas cette résidence, balayée perpétuellement par le vent, humide, pleine de rats et de cafards.
La France achète la propriété de Longwood et Sane Valley en 1854, symbole du prestige de la France et de son déclin.

 

 

 

P.S. : l'entretien de tous ces lieux se fait à nos frais, je veux parler des contribuables français.

 
 

James est commodore du Yacht Club de St Hélène.
Probablement un des seuls membres également, l'activité voile n'étant pas très développée.
Avec sa femme et ses 3 enfants il revient d'un magnifique tour du monde à bord d'un voilier de 12 mètres. Il est très fier d'être le premier à être parti de St Hélène et à y revenir.

Il est d'une dévotion incomparable pour venir en aide aux voiliers de passage et d'une efficacité remarquable.

 

Merci James, ce serait bien un mec comme toi
dans tous les ports !

 

 

  Sur les conseils de James, j'amène ma cadène à Larry Francis. Un mécano de première classe ! Il tourne les boulons de 14 millimètres, fabrique les écrous, meule, détord la plaque et ressoude : mieux que neuf. Bravo l'artiste, beau travail ! Je repars l'âme en paix... côté gauche. Maintenant j'ai le flip que la cadène droite subisse le même sort.
Je vais jusqu'au Brésil comme ça et je ramène la pièce en France. Bernard Thérond va être content !
 
     
  Vendredi 17 août  
  Je reprends la mer, cap sur la Samba mais avant je tente une courte escale sur l'île de l'Ascension, 1300 km dans le Nord-ouest, pour faire plaisir à mon pote Jean-Clément...  
     
     

 

 

 

 

2018 1ère partie     2018 3ème partie