Service Presse

 

" Dernières nouvelles "

 

Je désire recevoir les news

Guide des Pubs Polaires

 

   

Merci de suivre : www.lesnavigationsdelucos.com

J'ACHETE
" Le passager du nord-ouest "

" Voyage au Spitsberg "
" Sur la route des clippers "

 

LA BOUTIQUE de LUCOS

 

 

  

 

 

 

Page d'accueil

" Le Furieux "
Mon tour du monde

" Roxane "
Le journal de bord

Le skipper
Skiez 3 Vallées

Embarquez à bord
Me contacter

Mappemonde
 

 

 

 

Me contacter S'inscrire Se déinscrire Cartes Postales Archive photos page d'accueil Plan du site A propos de ce site

 

   

 

Mercredi 23 juillet

   

Destination : plein sud

Le vent n'est pas favorable. Je trouve un mouillage bien abrité et je reste deux jours sous la pluie à attendre.

Prince William Sound est un spot important de pêche au saumon, des centaines de chalutiers viennent faire la saison. Ça rapporte gros.

 

La pluie a cessé mais plus de vent. Je change de mouillage tout en me rapprochant de la sortie du golfe.
Les gens d'ici construisent de nombreuses petites maisons pour leurs vacances. Il devient impossible de trouver une baie déserte.

La mauvaise nouvelle : le tel sat ne marche plus du tout. 

Dimanche 27 juillet

 

Le temps s'améliore, une petite brise me pousse doucement hors d'Alaska.
Le vent n'est pas violent. Dès la passe franchi un gros courant me dérape du mauvais côté.
Je devrais subir, dans un temps, le contre courant Nord-Pacifique qui pousse vers l'ouest donc pas du bon côté.

Cap sur Vancouver, 6 à 8 jours de mer selon les conditions météo.

 
 

 
 

Dès la fin de la première nuit le vent rentre du mauvais côté : plein sud. Pas trop fort mais en plein de face. 2 ris dans la G.V. et génois enroulé à moitié. " Roxane " couché sur le côté, tape dans la vague. Pas terrible, d'autant que cela dure 48 h.

 

Mardi 29 juillet

   

 

Latitude : 60°.00' Nord : j'enlève le collant et les gants polaires !

 

Le vent se calme et tourne positif, mais juste une petite brise. Le moral reviens avec le soleil et un peu de chaleur.
Je remonte un beau saumon avec la ligne de traîne : direct dans la poêle et le reste au séchoir, a côté des morues.
Les globicéphales passent au loin et de temps en temps j'aperçois une baleine mais aucuns d'eux ne se rapprochent.

Mercredi 30 juillet

   
 

Le vent retourne encore du mauvais côté : plein sud-est. C'est un peu les boules car les Pilotes Charts, qui indiquent les statistiques de vents pour les mois de juillet et août, donnent une grosse probabilité de ouest à nord.
Encore 2 ris dans la G.V. et les déferlantes qui défilent sur le pont. Chaque fois que je sors pour une manœuvre je rentre trempé. Le bateau tape dans la vague, la vie à bord n'est pas très agréable.
La moindre chose à faire devient difficile : cuisine, vaisselle, dormir et l'ambiance commence à être humide. "Roxane " penche fortement sur le côté droit. Les W.C. se situent à gauche et l'entrée d'eau de mer se retrouve en dehors de l'eau : pas d'évacuation possible. Pipi dans le cockpit sous les embruns et le reste dans le seau. Pour la cuisine située de l'autre côté, la sortie refoule de l'eau de mer dans l'autre sens : je garde l'évacuation fermée : vaisselle au sopalin.

 
 

 

Vendredi 1 août

     
  Pas de changement pour le vent. Je gagne quand même du terrain dans le sud mais je m'éloigne de la côte et de Vancouver. Si ça continue je vais me retrouver au milieu du Pacifique.
Un petit changement quand même : le temps qui était jusqu'à présent correct (sans plus), tourne à la pluie, ciel bas et gris, voir noir.
Les grains se succèdent, pas très violents mais toujours de face.
Le tel satellite refuse tout service et pour les pronostiques météo ???
J'entame mon troisième jour de près consécutif. Bof !
 
  Samedi 2 août    
 

Dans la nuit le vent tombe complètement. La brume est dense, un gros crachin mouille tout. J'affale les voiles et je vais me coucher. A l'intérieur tout est humide. Le bateau roule dans tous les sens. Je dors quelques heures en espérant qu'aucun cargo ne me rentre dedans. Au lever du jour une petite brise se lève, du bon côté. J'aligne une bonne journée.

 
 

Le baromètre monte en flèche, mais en fin de soirée le vent bascule au sud et rentre très fort rapidement. En quelques heures je suis à sec de toile, juste 3 m² et barre amarré. Les vagues montent très vite et une fois de plus je m'éloigne de le côte. Le baro descends aussi vite qu'il est monté. Je me fais démonter pendant 17 heures comme ça. Rien à faire, attendre la renverse.

 

 

Dimanche, en fin d'après midi, je peux reprendre la route plein sud mais la mer est dure, ça tape fort. Un peu de voile devant et le pilote peut reprendre la main.

 
 

Lundi 4 août

 
 

Latitude : 50°.00' Nord : j'enlève la veste et le bonnet polaire !

 
 

Au lever du jour les conditions se sont améliorées. Je remets de la voile, j'avance dans le bon sens.

 
 

J'abandonne l'escale au Canada. J'ai l'habitude de dire que je vais là le vent me pousse mais visiblement sur ce coup là c'est pas vers Vancouver. De toute façon, comme toute les grandes villes ce n'est qu'un tas de béton... Je vais aller voir plus au sud...

 
 

Toute la journée et toute la nuit le vent me pousse sur la route tranquillement. Le soleil est revenu, la mer s'est calmée progressivement, il fait presque chaud.
Ça commence à sentir bon !

 
 

Mardi 4 août

 

La mer est remplie de méduses à voile à perte de vue, des milliers. . La mer se réchauffe, je croyais que s'était une spécialité des alizés.
Le vent tient bon, pas violent mais dans le bon sens.

Grand moment je passe les 47°35' de latitude nord.  c'est la latitude du Bar L'ETAGE à la Trinité !!!
Je navigue pour la première fois plus sud que le jour de mon départ en 2008.

Le vent de nord-ouest me pousse mais doucement, à peine de quoi gonfler les voiles. Le baromètre monte, la chaleur aussi, une belle nuit étoilée, la mer est calme.

 
 

Au programme : mécanique. Le moteur a du mal a démarrer. Je purge tout le système gasoil : de l'eau et des impuretés encrassent tous les filtres. 4 heures plus tard il redémarre. Ouf !

Après, grand nettoyage intérieur et séchage. La vie redevient agréable.

Good morning Madame Jess and Monsieur Chris BRAY,
from Yacht Teleport.

Today you get married and I wish you the best for all your life.
(Well, I don't remerber exactly the day of the wedding party but for sure it's in august, can't call you in Sydney because of iridium break down.)

But ! Such a shame you're not there : today I gonna eat the very last lamb shanks.
Sorry my friend !

Have a good life.

 

Jeudi 7 août

 
 

Pas de vent de toute la journée : pétole, les voiles en bas et pas avancé sur la route.

 
 

 
 

De temps en temps, je croise une baleine ou un cargo. Mais l'endroit est plutôt désert si ce n'est les méduses à voile qui tapissent la mer et qui parfois vont plus vite que moi.

 
 

 

 

Latitude : 40°.00' Nord : j'enlève le pantalon et le sweat-shirt !

 
 

Samedi 9 août

 

Depuis 48 heures je suis planté au même endroit, pas de vent du tout, les voiles en bas. C'est désespérant !
Déjà 3 jours de retard sur la moyenne depuis le départ. Le baromètre affiche 1024 et ne bouge d'un millibar. Le temps est magnifique, pas un nuage et il commence à faire chaud.
14 jours pour faire la moitié du parcours, lamentable !

Des couchers de soleil et des clairs de lune.
je n'ai rien de mieux à vos offrir.

 

La pêche est bonne et facile. Un thon dans la casserole et j'ai de quoi manger pour la semaine. Quand j'en remonte un, j'arrête de trainer la ligne.

Recette
Des tomates fraichement cueillies dans le jardin ce matin, des petits oignions, de l'ail, des herbes, de l'huile d'olive...
10 minutes à la casserole.
Bon appétit !

 

Lundi 11 juillet

 

 

C'est désespérant ! J'avance quelques heures, pas toujours sur la route, toujours lentement et puis je reste planté pendant là pendant des heures, toute la nuit, toute la journée.
Cette nuit, le ciel était chargé de gros nuages noirs. Des petites brises tombées de nul tard, dans n'importe quelles directions. Je suis resté sur le pont pour en tirer le maximum, j'ai monté et descendu la G.V. au moins dix fois. Tout ça pour gagner une misère sur la route.
Une houle croisée roule le bateau dans tous les sens et, à part me cramponner je ne peux rien faire d'autre.
Aujourd'hui, il pleut et la brise très faible a plutôt tendant à être contraire : tout va bien !

 

En début d'après midi il s'est mis à pleuvoir comme je n'avais jamais vu, le déluge pendant 4 heures et pas un souffle d'air. Puis d'un seul coup la baston est rentrée, plein nord, 40 nœuds.
Comme d'habitude, les vagues en vrac dans tous les sens. Pour une fois j'avançais sur la route à donf. En début de soirée le ciel s'est dégagé et le vent a faiblit un peu. La nuit est tombée rapidement et je descends tranquille mais la route reste cabossée.
 

 

Vendredi 15 août

 

 

L'Alizé Mexicain, cousin germain du Portugais
 
Depuis 4 jours le vent tient bon, toujours nord, 10 à 20 nœuds. Je trace sur la trace directe. Le compteur tourne rapidement et facilement. Généralement une grosse brume humide se forme en fin de nuit et se dissipe dans la matinée. Le moral est bien remonté et je commence à sentir le gout de la téquila dans le gosier.

Je suis obligé de faire tourner le moteur 2 heures tous les matins. L'éolienne ne donne rien car j'avance au portant et le vent apparent est trop faible pour la faire tourner. Je descends plein sud et de fait, une bonne partie de la journée les voiles font de l'ombre au panneau solaire qui ne charge pas beaucoup. En fin de nuit la batterie est à plat.
Pour économiser : pas de musique, pas de feu de route la nuit et ordinateur au minimum.
C'est jurer, à la prochaine escale, j'achète une pile nucléaire.

 

Dimanche 17 août

 

Le vent est monté d'un cran, ça tangue et ça roule en permanence.
Un gros courant favorable me pousse dans le bon sens.

 

Latitude : 35°.00' Nord : j'enlève le haut et demain j'enlève le bas !

 

 

Toujours les conditions idéales de vent et de mer. Le bateau glisse sans effort, sans taper dans la vague et la vitesse est excellente. De temps en temps je prends un ris dans la G.V. et je roule un peu de génois pour alléger la pression. Sinon pas de manœuvre particulière et encore rien de casser, a part le quotidien du bricolage.

 

Je me rapproche de la côte et le trafic se fait de plus en plus intense. Pétroliers, porte containeurs et autres en route pour Panama.
 

Lundi 18 août

 

 

 

Le vent monte un peu fort ponctuellement et une belle houle se lève. L'Alizé Mexicain m'a poussé pendant 9 neuf jours, toujours la même direction. 1800 km sur le même bord !

 

Le poisson qui tombe à point, la cambuse commence à être vide.
 

J'aperçois l'aileron d'un requin, il est loin et n'est pas très affectueux.
Il ne s'approche pas de nous.

 

 

Depuis 2 jours je suis au régime : pâte, petits pois en conserve à l'huile. Les fruits et légumes d'Alaska n'ont pas tenu le coup longtemps et rapidement j'ai du attaquer le stock de conserve.
Le choix était simple : pâte ou riz avec petit pois ou haricots verts, ce qui fait 4 combinaisons possibles.
Heureusement la pêche a été bonne : saumon, thon et le dernier dont je ne connais pas le nom.

 

 

Mercredi 20 août

 

L'état de la mer s'est considérablement amélioré et je peux ressortir enfin le spi.
Les côtes Mexicaines apparaissent au loin.
Un nouveau climat, un nouveau pays... l'Arctique et les ours polaires font désormais partis du passé.

" Roxane " rentre dans

Puerto Ensenada Mexique. 

 

Puerto Ensenada
Mexique

31°01' Nord
117°30' Ouest

" Roxane " est amarré au quai. La traversée, depuis Valdez a duré 24 jours pour environ 4500 km. Le record de vitesse n'est pas pulvérisé. Le bateau et son patron arrivent en bon état, pas de casse particulière, pas de problème significatif.  Depuis 1994, mon retour d'Australie, je n'avais pas effectué de grande traversée et j'ai retrouvé le plaisir du grand large, loin de tout, seul entre ciel et mer.

 

Je vais rester à quai quelques semaines ici. " Roxane " a besoin de quelques travaux et une bonne révision générale qui n'ont pu être fait dans le nord à cause du climat trop froid : peinture, lazure, époxy, étanchéité, vernis, couture, mécanique, électricité... et un peu de repos.

 

 

Le Guide des Pubs Polaires étant terminé, je dois maintenant me consacrer à celui des Tropiques. Je pense qu'il y a de la matière.
Je cherche un partenaire pour cette mission ethnologique...

 

 

 

 

 

2014 1ère partie     2014 3ème partie