Service Presse

 

" Dernières nouvelles "

 

Je désire recevoir les news

Guide des Pubs Polaires

 

   

Merci de suivre : www.lesnavigationsdelucos.com

J'ACHETE
" Le passager du nord-ouest "

" Voyage au Spitsberg "
" Sur la route des clippers "
" Les mers du Sud "

 

LA BOUTIQUE de LUCOS

 

 

  

 

 

 

Page d'accueil

" Le Furieux "
Mon tour du monde

" Roxane "
Le journal de bord

Le skipper
Skiez 3 Vallées

Embarquez à bord
Me contacter

Mappemonde
 

 

 

 

Me contacter S'inscrire Se déinscrire Cartes Postales Archive photos page d'accueil Plan du site A propos de ce site

 

   

 

     

Mercredi 17 janvier 

   
 

La météo tourne à mon avantage, je vais passer la nuit au mouillage dans le sud-ouest de l'île et demain matin au lever du jour je trace dans le nord-ouest, Kangaroo Island.

 
 

Au lever du jour je passe une heure à remonter l'ancre qui est accrochée au fond. Le vent est comme prévu : fort mais dans la bonne direction mais il faut d'abord que je contourne le cap sud de l'île. Grosse houle et vagues dès la sortie du mouillage et rapidement je suis sur la bonne route. Je trace vite mais ça remue.

 

Je retrouve rapidement mes potes de traversée : les dauphins, les orques et tous les oiseaux du grand large plus quelques gros cargos et des pêcheurs.

 

 

A 24 h de l'arrivée je ramasse une ligne de casier, impossible de m'en débarrasser.
Je coupe le filin mais la bouée reste accrochée au gouvernail et le restera jusqu'au prochain arrêt.

Super moyenne depuis King Island ! Je rentre dans la baie sous spi.

 

A la vue de la végétation je reprends le sourire. L'herbe est sèche, les arbres ont l'air un peu rabougris, pour sûr le climat doit être chaud et sec. L'ambiance est radicalement différente de la Tasmanie. Le vent doit souffler plus souvent de l'est que de l'ouest et c'est ce qu'il me faut pour longer la côte sud. A peine au mouillage je plonge dans l'eau (pour me laver) : elle est top chaude ! La température a du prendre 15° de plus.

 

 

Samedi 21 janvier

     
 

En fin d'après midi je mouille pour la nuit devant une plage et le lendemain je rentre dans American River qui mène à Pelican Lagoon. A peine à quai quelques locaux déboulent pour m'aider et à partir de là je suis pote avec la moitié de la population locale. Rarement vu des gens aussi accueillants ! Presque tous les soirs je suis invité à diner. Il faut dire que l'île a été en partie cartographié par un explorateur français : Baudin au début du XIXème. Le drapeau français flotte en permanence sur le quai à côté de l'australien.
Mon escale ici commence bien.

Kangaroo Island est grande comme la moitié de la Corse. Le point culminant ne doit pas dépasser 150 mètres d'altitude, c'est un enchainement de collines douces et de vallons. Les habitants vivent du mouton, du bœuf, de la pêche et du tourisme.
Andy m'embarque en voiture pour une visite dans le bush, à l'intérieur de l'île. A part 45 km de goudron tout le reste est de la piste.

 

L'eau potable est rare sur l'île. Toutes les maisons sont équipées pour la récupération de l'eau de pluie. De nombreuses retenues d'eau ont été construite pour le bétail.

 

Il y a aussi des exploitations de pommes et divers arbres fruitiers. Le cidre est excellent.

Pelican Lagoon est un immense lac intérieur qui communique avec la mer. Il tient son nom des centaines de pélicans qui vivent ici tranquillement. C'est surement l'oiseau le plus bonnard.

 

 

Des cacatoès blancs...

 

Des cacatoès rouges... ils en existent des verts, difficiles à prendre en photo : ils sont sauvages et méfiants. Il y en a des noirs, mais ils sont rares.

 

Et puis des sortes de mouettes à pattes et becs rouges.

 

Egalement, beaucoup de cygnes noirs.

Quelques aigles marins mais pas faciles à shooter.

Et puis des longs becs noirs tordus.

 

Emu

Surement de la famille des autruches, en tout cas ça y ressemble mais en Australie se sont des émus. Ils ont une certaine grâce dans leur démarche et sont plutôt difficiles à approcher.

Le kangooroo se différencie du wallaby par sa taille. Il est plus gros et plus clair de poil, mais tout aussi inoffensif.

 

12 jours passés à quai à American River dans une ambiance des plus chaleureuse et accueillante.
Des passionnés ont entrepris la reconstruction du premier voilier construit dans l'état de South Australia en 1803. Un gros boulot en perspective et ils en sont très fiers.
Le soir je suis régulièrement invité à diner et on mange bien ! La plupart sont des agriculteurs : moutons, cidre, viticulteurs... on mange bien et on boit bien !
Merci à tous.

  Jeudi 2 février Je reprends la mer pour quelques heures en direction de Kingscote, la ville principale sur Kangaroo Island.


La rue principale de Kingscote.

  Le poste de police, tribunal        et la prison du XIXème.        



" Roxane " au mouillage à Kingscote.

 

Kangaroo Island est un concentré de tous les gens biens et toutes les bonnes petites choses qui font une bonne Australie.

 

J'ai même droit à un super article en 4ème de couverture sur :
The Islander, le journal de King Island
(merci Greg)

 

Samedi 5 février

   
 

La météo est bonne. Je largue les amarres pour Esperance à 1500 km. C'est une grande partie du Great Australian Bight. Si je passe, la traversée de la côte sud de l'Australie est gagnée.

 
  P.S. : Kangaroo Island ne doit pas être mentionné sur les guides touristiques de navigation car en 14 jours passés dans le secteur je n'ai rencontré aucun voilier de passage. Top !
De toute façon, je n'ai, à bord, jamais de guides d'aucunes sortes.
 
  A suivre...    
       
       
       

 

 

 

 

2017 2ème partie     2017 4ème partie