Service Presse

 

" Dernières nouvelles "

 

Je désire recevoir les news

Guide des Pubs Polaires

 

 

 

Merci de suivre : www.lesnavigationsdelucos.com

J'ACHETE
" Le passager du nord-ouest "

" Voyage au Spitsberg "
" Sur la route des clippers "

 

LA BOUTIQUE de LUCOS

 

 

  

 

 

 

Page d'accueil

" Le Furieux "

Mon tour du monde

" Roxane "

Le journal de bord

Le skipper

Skiez 3 Vallées

Embarquez à bord

Me contacter

Mappemonde

 

 

 

 

Me contacterS'inscrireSe déinscrireCartes PostalesArchive photos page d'accueilPlan du siteA propos de ce site

 

 

 

 

 

La vraie bonne surprise de cette saison est la traversée de l'Australie par la route sud et le tour de la Tasmanie, Le Great Australian Bight. Durant l'été austral le vent est idéal pour naviguer dans ce sens. De plus les prévisions météo sont d'une fiabilité redoutable : à 8 jours, pas de problème. Cette route est magnifique et surtout très peu fréquentée. Les gens sont d'une gentillesse surprenante, (sauf à Esperance).

 

 

    

 

Et puis, revenir à Albany 24 ans après mon premier passage est une expérience émouvante.
Le 19 janvier 1993 à 1 heure du matin je rentrais en remorque après deux semaines de navigation sous gréement de fortune sous les feux des projecteurs.

 

A voir :
La page : Mon tour du monde
Carnet de voyage N° 1 : " Sur la route des clippers "

                        et : Service Presse

A Albany,  je retrouve
rapidement mes marques :
 

Au Princess Royal Yacht Sailing Club, le pub... et en ville : l'Albany Avertiser, le Dauphiné local.

 

 

 

 

 

 

La ville s'est beaucoup développée mais le centre est toujours le même : une rue principale qui descends jusqu'à la mer avec tous les commerces de chaque côté.

Un nouveau port de plaisance s'est construit au centre ville.

 

Le Poney Post Hôtel dans le passé était le relais des diligences, il abrite maintenant une université. .

L'église n'a pas bougé de place.

 

 

Je retrouve quelques personnes qui se souviennent.

Toni, m'avait beaucoup aidé à l'époque. A la retraite mais toujours vaillant.
Luke, le barman du pub pendant 20 ans. Il me rend visite à bord.
Il y a aussi Graeme, David...

De les revoir me fait plaisir, j'avais passé du bon temps ici.
 

Je rencontre également la nouvelle génération, au pub bien sûr !

Brett et Jo m'embarquent pour la traditionnelle régate du samedi après-midi. Quelques bouées à tourner dans la baie et parcours à l'extérieur, on contourne trois îles et retour, à la deuxième place !

Le Munn est un bateau de régate, léger, agréable à barrer, ça me change de ma caravane flottante.

 

Côté océan, beaucoup de falaises et peu baie pour s'abriter.

 

De gros rochers ronds posés au hasard est une des caractéristique géologique de la région.

 

 

Le Wesrtern Australia est plutôt plat. Seules quelques chaines de montagnes par ci par là. A l'échelle des Alpes, on appelle ça des collines.

                                                   

 

 

Sybille et Gilles reviennent me voir de Perth. On part en excursion dans l'arrière pays. Le chemin commence dans une magnifique forêt avec de grands arbres qui poussent droit vers le ciel. Puis on longe la ligne de crête d'où la vue est dégagée. Que des immenses plaines alentours. Le W.A. est une région agricole : céréales, moutons... Les propriétés sont énormes comparées à chez nous, moins de 100 hectares, c'est petit !
Trois heures de randonnées dans un cadre magnifique.

 

 

 

 

On fait la tournée des supermarchés, magasins de bricolage, vendeur de batteries et la tournée des pubs et bons restaurants de la ville.
Merci et bon retour en France.

La saison des cyclones n'est pas terminée dans l'Océan Indien Sud. Je dois attendre encore un peu. Je pars quelques jours à Emu point, un lagon proche, de l'autre côté d'Albany, une heure de route. Quelques pontons pour pêcheurs et voiliers de plaisance. Techniquement c'est une baie parfaite, jamais de houle ni vagues : un vrai lac.

 

 

 

La majorité du lagon n'est pas navigable car il n'y a pas d'eau.
Un seul mouillage est accessible. C'est un abri 100% avec des corps morts à disposition, pas besoin de sortir l'ancre.
C'est encore mieux !

Je me fais rapidement pote avec les trois principaux voileux du quartier.

 

Yann a retapé un magnifique voilier en bois de 1947 avec lequel il navigue beaucoup.

 

Maurice, à la retraite vit sur un petit voilier et squatte le ponton et le mouillage, selon les disponibilités.
100 % voile, pas de moteur. C'est rare de nos jours.

 

J'ai aidé Peter à sortir son bateau sur une remorque. J'ai remarqué que la coque et la quille était couverte d'une bonne couche d'algue et autres coquillage en tous genres. Mais pas l'hélice ! Son secret ? LE BLANC D'ŒUFS passé au pinceau. Mais ça ne marche que le cuivre.
Le ballon de rouge c'est parce que ça lui donne soif.

 

Je me suis fais pote avec les pêcheurs du coin. Ils me donnent des kilos de sardines. Le soir Maurice déboule avec un litre de rouge et les sardines passent au barbecue et on se fait une bonne bouffe !

 

Un couple d'aigles vit au bord du lagon. Régulièrement ils tournent dans le secteur à la chasse aux poissons.

 

Il y a également quelques pélicans, toujours aussi paisibles.

 

 

Depuis le mouillage il y a quelques ballades à pied dans le parc national. L'endroit est très peu fréquenté, un joli secteur de l'Australie.

 

 

 Un gros tronc cours et une chevelure très caractéristiques. Quand les premiers explorateurs ont débarqué ils les ont confondu avec des aborigènes cachés dans le bush.
Ils leurs ont donné un nom qu'on ne peut plus utiliser maintenant, du coup je ne sais pas comment les nommer.

 

Je passe une dernière soirée au Yacht Club, dîné avec Rod, le commodore. Le restaurant est excellent, sardines marinées, agneau grillé et quelques bons ballons de rouge avec les potes.

Pendant ce temps là, la saison bat son plein à la montagne, plus que quelques semaines et les copains vont pouvoir se reposer les genoux. Merci Gaël.

Evidement, j'ai aussi quelques ennuis techniques.

Une chape de hauban est cassée. Ca fait partie des haubans que j'ai changé à Nouméa, à peine 5 mois et seulement 7000 km de route. La société ACMO assure et me renvoie 2 chapes neuves.

Et puis les charbons du pilote n'en peuvent plus, usés jusqu'au bout. Le moteur électrique ne se fabrique plus et dons pas de charbons disponibles. Hank trouve une boite qui fabrique sur mesure et en quelques jours tout remarche top.
Merci Hank.
Je rassure tout le monde : l'élastique de mon slip les maintient toujours en place !

 

 

 

Depuis bientôt 5 mois je navigue au pays des kangourous et des road-trains, tout va bien, pas de problèmes particuliers. La route continue...

 

 

Jeudi 13 avril 2017

Les cyclones se sont calmés, j'ai reçu de France quelques pièces pour le bateau et mon courrier : merci Dom.

Je reprends la mer pour la grande traversée de l'océan Indien sud, prochaine escale Rodrigues, Mauritius, 6000 km, environ 32 jours de mer non-stop. Donc pas de news d'ici là.

 

A suivre....

 

 

 

 

 

 

 

2017 4ème partie     2017 6ème partie