Service Presse

 

" Dernières nouvelles "

 

Je désire recevoir les news

Guide des Pubs Polaires

 

   

Merci de suivre : www.lesnavigationsdelucos.com

J'ACHETE
" Le passager du nord-ouest "

" Voyage au Spitsberg "
" Sur la route des clippers "

 

LA BOUTIQUE de LUCOS

 

 

  

 

 

 

Page d'accueil

" Le Furieux "
Mon tour du monde

" Roxane "
Le journal de bord

Le skipper
Skiez 3 Vallées

Embarquez à bord
Me contacter

Mappemonde
 

 

 

 

Me contacter S'inscrire Se déinscrire Cartes Postales Archive photos page d'accueil Plan du site A propos de ce site

 

   

 

 

 

Mr. Grib avait prédit 20 à 25 nœuds de sud ; la nuit et une partie de la journée le vent va souffler 35 à 40. Grosse ambiance ! 40 heures dans le ciré et les bottes, ciel gris et bas, quelques pluies et une super moyenne. A donf et pas vu de glace.

 

   Mercredi 14 juillet 

                      Sisimuit

2ème ville du Groenland, 4500 habitants, port de pêche. Juste au nord du cercle polaire, à la sortie du détroit de Davis et entrée sud de  la mer de Baffin. 

En vrac: traineaux, harnais, peaux de phoques en cours de séchage, kayacs, matériels de chasse et pêche, pelles à neige...

 

Des dizaines de camps où sont regroupés les meutes de 15 à 20 chiens enchainés. Ils se reposent en attendant les premières neiges. Des centaines de chiens qui se dorent au soleil et qui d'un seul coup se mettent à hurler à la mort tous à l'unisson.

 

Habitations des premiers pionniers danois.

Pierres montées avec de la terre.

Samedi 17 juillet:

Direction Aasiaat : mer de Baffin.

Temps estival : pétole, retour du  soleil de minuit et quelques beaux Icebergs en pleine mer.

  

Les dernières heures dans le brouillard : merci à ceux qui ont inventés le GPS et l'informatique.

Lundi 19 Juillet : j'amarre à 18.30 H.

Aasiaat

 

 

Problème de mécanique:

 
  Moteur: Perkins 4108 ; Pompe à injection : marque: C.A.V, type : D.P.A., diamètre des pistons : 6mm.  
  Une fuite au niveau de l'axe d'accélérateur. De temps en temps : 30 minutes, 1 heure ou 2  ou + (pas de rythme régulier) le moteur s'arrête net. Avant de stopper il accélère un bon coup et stop net, entre l'accélération et l'arrêt du moteur il se passe environ 2 secondes. Je le redémarre de suite et il marche parfaitement et ainsi de suite. Par ailleurs le moteur tourne très bien : bonne compression (il démarre très bien), eau de refroidissement à bonne température, huile également, pas d'eau dans le gasoil ni d'impureté (filtre neuf et décanteur vérifié).  
 

Question : l'arrêt du moteur est il en rapport avec la fuite ? Evidemment la fuite augmente progressivement et si c'est en rapport avec ce problème un jour le moteur ne redémarrera pas. Ce qui complique l'affaire c'est qu'il n'est pas possible d'intervenir sur le joint de l'axe de l'accélérateur sans déposer la pompe à injection.

 
 

Si quelqu'un peux se procurer la vue éclatée de la pompe ? Merci d'avance.

 
  Je ne repartirai pas d'Aasiaat sans avoir résolu ce problème. La navigation est difficile et il ne serait pas raisonnable de continuer la route dans ces conditions. Dommage j'allais attaquer la partie sérieuse de la saison.  
  Je réfléchis...  

En attendant je me suis fais un pote : Pele. Il est chasseur de baleine, harponneur. Je lui demande si je peux embarquer mais le refus est catégorique: ils ont peur de Greenpeace et autres écolos. Il m'invite chez lui pour en manger.  Pas  facile d'avaler un steak de baleine à 07.00 h du matin !

 

Evidement pour avoir accès à la pompe il faut tomber une partie du moteur. Je trouve sur internet l'éclaté et quelques renseignements mais après 3 jours de réflexions  je n'ai pas de solution rapide.

 

En désespoir de cause je vais fouiner sur le seul chantier qui entretien les bateaux de pêcheurs. Sur le terre plein quelques épaves et moteurs rouillés gisent. J'explique le problème au mécano qui part au fond de l'atelier, retourne quelques caisses pleines de poussières et trouve exactement la même pompe ! 2 heures plus tard le Perkins tourne comme une horloge. C'est noël ! Demain je reprends la route. Le vent ne peux pas toujours souffler du mauvais côté.

 
 

Merci à tous ceux qui ont fait des recherches pour trouver une solution. Je paie ma tournée dès que je rentre en France.

 
  Vendredi 23 juillet  
 

A la question: la fuite a- t -elle un rapport avec l'arrêt du moteur ? La réponse est: NON !

 
 

Après une heure de route retour à quai. Les boules...

 
 

Je n'ai pas changé la pompe entièrement, seulement le dessus qui supporte l'accélérateur et le stop, d'où venait la fuite. Je retourne au cimetière des moteurs rouillés, démonte la vieille pompe, 2 boulons sont cassés : je perce, taraude, adapte, bidouille et remonte le tout. Le Perkins tourne mais ils y a 2 fuites. Celles là sont réparables, je re-démonte tout, change quelques joints, remonte et miracle... Le 1er démontage/remontage a pris 8 heures, le 2ème : 6 et le 3ème 4, j'espère qu'il n'y en aura pas de 4ème...

 

Lundi 26  juillet

 

Disko Bay

200 kms de long, 100 kms de large. Des dizaines d'icebergs jusqu'à 50 mètres de haut et 300 m de long. Des centaines un peu plus petits et des milliers de growlers. Il y en a de partout !

 

 

Le glacier Jacobshaven rejette en permanence sa glace dans le fjord du même nom, long de 55 kms. C'est tellement énorme que les icebergs se poussent, se montent dessus à la sortie puis commencent leur dérive  vers le large.

Le sphinx de glace

Il faut trouver son chemin au milieu de tout ce désordre.

 

Evidemment je n'ai pu m'empêcher de tirer un petit bord sous spi.

 

 

Difficile d'exprimer avec des mots la force, la majesté et la beauté de cette nature.

Ilulissat

Encore quelques zigzags entre la glace et l'entrée du port apparaît.

Mardi 27 juillet 18.30H 

Le glacier avance jusqu'à 40 mètres par jour (record du monde). A la sortie du fjord certains icebergs culminent à 100 mètres. Enorme ! Lorsque que les icebergs se cassent en 2 ils provoquent un tsunami, la vague peux atteindre 3 ou 4 mètre de haut. Un système de surveillance a été mis en place, une sirène hurle dans le village et tout le monde doit quitter les bateaux et s'éloigner du port et du rivage.

 
  NB : Depuis quelques jours je navigue en "couple" avec un voilier suédois. Nous nous sommes croisés plusieurs fois dans les ports et mouillages, dans le pub aussi à Aasiaat. Après 3 ou 4 verres, peut être 5 ou 6, ou plus, je ne me souviens plus très bien, nous avons conclu un pacte à l'amiable d'auto assistance mutuelle. Notre neurone tourne à la même vitesse, dans le même sens et va dans la même direction. En plus s'est top pour faire des photos de l'extérieur.  

Au Groenland, il y a autant d'arbres et de fleurs qu'à Val Thorens.

 

 

Les chiens et les traineaux font partie de la vie quotidienne. Attention au carrefour, danger ! 

 

Les bateaux sont traditionnellement mouillés en vrac : jusqu'à 7 à couple, dans tous les sens.

La Baie de Disko est perpétuellement encombrée par la glace.

  Vendredi 30 juillet:  Stand by météo pour Upernavik  
 

( Le moteur tourne A1, très certainement la panne provenait du régulateur intégré à la pompe à injection.)

 

Pour gagner du temps j'ai pris le plus stupide des raccourcis : le fond du fjord est complètement bloqué. 80 kms et 12 heures de route pour rien. Pour être plus con que moi il faut s'y mettre à 2 !

 

Mouillage à Oqaisoq

Sortie nord de Disko Bay.

La baie se referme et un haut fond stoppe les icebergs, des dizaines.

 

 

 

Upernavik

Dernier port libre de glace, encore quelques kms plus au nord et c'est la banquise.

  Jeudi 12 août   04.00 H                     Je voulais aller jusqu'à l'entrée du détroit de Lancaster au nord de la terre de Baffin.  

 

Après 48 heures de route dans la brume à éviter les icebergs qui dérivent depuis le Groenland, je me retrouve face à des morceaux de banquise qui arrivent de la terre de Baffin. Commencer à se poser la question de savoir si c'est bien raisonnable est déjà un début de réponse... je fais demi tour.

 

 
 

Par contre les phoques s'éclatent: glissades sur la glace et plongeons depuis le glaçon, au milieux de nul part.

 

Kangerdluarsssuk

6 jours plus tard mouillage sur l'île Disko. Un petit village de pêcheurs.

  Mardi 24 août  Quelques jours de repos...  

 

 

Début septembre je rejoins Aasiaat. Les nuits deviennent longues et très sombres. Les coups de vent s'intensifient et se font de plus en plus fréquents. La température descends régulièrement  en dessous de 0 ° C. Je prends mes quartiers d'automne au fond du port bien à l'abri. Au programme: ballades, bricolage et journées "chez fout rien" !

 

De nombreux balcons sont décorés : filets de morues, gras de baleines, steaks de phoques, saumons... Pour les gents d'ici, la pêche et la chasse prennent une place importante dans la vie au quotidien.

 

La nuit je veille les aurores boréales, assez rares et pas facile à photographier !

 

Kalaaleq Lucos.

Uanga ateqarpugna Sofie, asavakkit ! Ajunngi ? Nuannaarpunga, uanga Frankrisi mukaterpunga maji-mi. Ukiup tulliar takoqqi ssugut takoggikkusuppa-git. Maanninertunik nululik sakkutuuiilu hiistersut pallittaalisamit pallittaalisamut ppuuterpqattarput indiaanernik malersuigaluarlutik. Qujanaq.

     
  Jeudi 28 octobre 09.50 H : retour à la maison, merci à tous et à l'année prochaine.  
 

2010 1ère partie      2011